PETITES LUXURES IMAGINE 3 COFFRETS DUO POUR UNE "JOUEUSE SAINT VALENTIN".

14/02/2021

On ne peut passer à côté de Petites Luxures, l’illustrateur reconnu pour ses « dessins d’intimités » qui émoustille quotidiennement ses 1,3 millions de followers. Loin d’être insensible à son charme, Deejo lui a donné carte blanche pour tatouer ses lames de son coup de crayon malicieux, dont l’illustrateur nous dévoile tous les secrets, aux côtés de ses inspirations et autres projets, à travers une interview exclusive.

Photos: Roman Jehanno

Elle et Elle

Deejo - Bonjour, pouvez-vous vous présenter et nous dire un peu plus sur qui vous êtes et ce que vous faites ?

Simon Franckart / Petites Luxures - Pour faire simple disons que je suis graphiste de formation devenu illustrateur / artiste (bien que je n’aime pas tellement le terme « artiste »…) Je dessine des fesses depuis 6 ans et de façon professionnelle depuis 2 ans. J’essaye d’amener de l’élégance et de l’esprit (c’est important l’esprit…) dans l’érotisme en jouant avec le trait de mes dessins et les mots.


Pourquoi des fesses ?

Parce que c’est un sujet inépuisable ! A bien y regarder, l’érotisme est un filtre qui permet de regarder la vie avec un joli pas de côté, je trouve.


Deejo et Petites Luxures sont des amis de longue date et ont déjà collaboré ensemble à plusieurs reprises sur différents projets au cours des dernières années. Vous souvenez-vous de votre premier contact avec la marque Deejo ?

C’était au sein de l’agence BETC pour laquelle je travaillais encore, à l’époque où j’étais directeur artistique. Mon responsable a commencé par me faire travailler sur le logo. J’ai fermé les voyelles du logo Deejo qui étaient ouvertes dans sa version embryonnaire. Après, lorsque l’agence a travaillé à la réalisation du configurateur 3D de la marque, j’ai été sollicité pour réaliser les premiers tatouages. C’est moi qui ai notamment dessiné l’arbre, l’ancre, l’aile, Haute mer ou encore un jeu typographique et artistique autour de l’ensemble de mot « A cut above ». J’avais aussi dessiné une jambe habillée d’un bas résille ; les prémices de Petites Luxures ? Je me souviens qu’à l’agence, on se battait pour avoir le droit de dessiner un tatouage Deejo. Il est plutôt rare en agence d’avoir une telle liberté de création. En général, chaque travail est encadré par un brief très précis. Là, nous pouvions réellement donner libre court à nos sensibilités personnelles.


Elle et Lui

Nous savons de sources sûres que vous aimez les objets qui ont « une âme ». Vous collectionnez les vinyles, vous aimez les appareils photos anciens et vivez à Meaux dans une maison richement décorée d’objets singuliers. Quelle importance ont les objets dans votre vie en général et quelle place occupe le couteau de poche en particulier ?

C’est vrai (rires). Pour moi, les objets, il faut qu’ils aient un vécu ou il faut leur créer une histoire quand tu les achètes. J’ai un rapport particulier aux objets, parfois antinomique d’ailleurs. D’un côté, j’y suis très attaché, j’aime les objets qui m’entourent, de l’autre j’ai du mal avec le consumérisme de notre monde d’aujourd’hui. Figurez-vous que je n’ai acheté aucun vêtement neuf depuis près de 2 ans ! En revanche, j’ai craqué pour cette belle lame ancienne sur un vide grenier il y a quelques semaines… Les couteaux ? C’est un objet qui fait partie de mon quotidien, comme mon stylo ou ma montre. Ce sont des objets que l’on se doit d’avoir toujours avec soi. J’aime qu’ils se patinent avec le temps, qu’ils vieillissent avec moi. Une anecdote sur les couteaux de poche : mon père est fils d’agriculteur. Il m’a toujours dit qu’un homme se devait d'avoir un couteau dans sa poche. Pourtant, il était prof de lettres ! D’ailleurs, qui est-ce qui a toujours un couteau dans la poche quand on en a besoin et que personne n’en a ? C’est Simon !


Vous présentez pour Deejo un nouveau projet autour d’un coffret Duo qui autorise de nombreuses combinaisons… pouvez-vous nous en dire davantage ?

C’est la 3ème fois que l’on travaille ensemble directement (NDLR Petites Luxures a illustré en vidéo les possibilités qu’offre le kit à graver son Deejo soi-même – cf infra et Deejo avait édité en décembre 2018 / janvier 2019 un tatouage exclusif « Petites Luxures » en édition limitée). J’aime les objets ludiques, interactifs, à l’image de ce livre « Le Diascope » que j’ai publié dernièrement aux Éditions Hoebeke. L’idée de dessiner un tatouage qui se raconte sur deux lames de ce coffret Duo était intéressante de prime abord. Je me suis fixé pour contrainte de réaliser deux dessins qui puissent fonctionner selon toutes les combinaisons possibles : A/B, A/A et B/B. C’est un exercice de style sur la symétrie qui s’est révélé très amusant dans sa mise en oeuvre… et qui permet en l’occurrence d’être plus « inclusif » comme on dit en ce moment. Je suis très satisfait du résultat de ces 3 coffrets « Elle et Lui », « Elle et Elle » et « Lui et Lui ».


Comme vous l’avez évoqué, vous avez illustré précédemment pour Deejo les possibilités qu’offre le coffret à tatouer soi-même son propre couteau Deejo. Quels souvenirs gardez-vous de cette collaboration et quelle utilisation faites-vous de ce coffret ?

Je me sers encore beaucoup de la fraise ! Pour graver des Deejo bien sûr, mais aussi plein d’autres trucs ! Encore récemment avec ma fille, une boîte en bois pour un gouter d’anniversaire « Totoro » auquel elle était invitée. C’est cool d’avoir été l’un des premiers à pouvoir utiliser ce coffret. Cela nous ramène à mon attachement aux objets « qui vivent »… Le côté « Do it Yourself » qui invite les autres à être acteurs de leurs objets me parait très intéressant. On y tient alors davantage. J’étais content d’y mettre mon dessin et reste curieux de voir ce que d’autres artistes ou amateurs de vos couteaux font avec. Je suis certain qu’il y a de très belles réalisations par ailleurs.


Vous avez publié aux Éditions Hoebeke en 2019 un magnifique recueil de dessins à partir de témoignages de vos fans et fin 2020 ce fameux livre objet, le Diascope, qui ont rencontré un vif succès auprès de vos (nombreux) fans. Quels sont vos autres projets à venir ?

Ils sont très nombreux. Il y a une expo à Paris à la galerie The Woods en février, une autre à la galerie Nero à Rome en mars, une seconde expo chez « Hashimoto Contemporary » à San Francisco en août 2021 et un projet d’occupation d’un hôtel à Calvi (avec des sculptures réalisées à partir de mes dessins !). À titre plus personnel, je réfléchis également à un troisième livre, sur « les premières fois… ». Tout un programme ! Bref, je ne m’ennuie pas.


Merci d’avoir répondu à nos questions, longue vie à Petites Luxures et à bientôt !

Lui et Lui